Comment faire face à un ado qui veut se faire un tatouage ?

Le tatouage est plus que jamais une tendance, voire un mode de vie. En effet, si cette pratique était réservée uniquement pour une catégorie de personnes en particulier autrefois, elle s’est désormais démocratisée. Toutes les catégories de personnes se font tatouer sans être forcément mal vu par la société, des plus jeunes aux moins jeunes. Cependant, chez les ados, la question reste délicat dans la mesure où se faire tatouer n’est pas un acte anodin ; il est lourd de conséquences et nécessite une grande responsabilité. Ainsi, face au désir d’un adolescent de se faire un tatouage, comment doit-on réagir ?


Comment prendre le désir d’un adolescent de se faire tatouer ?

Comment prendre le désir d’un adolescent de se faire tatouer ?

Comment prendre le désir d’un adolescent de se faire tatouer ?

De plus en plus d’ados veulent se faire tatouer sous l’influence de la société, mais surtout des célébrités qui en font une véritable mode. Le tatouage n’est donc plus réservé aux taulards, aux rebelles ni aux marins, tout le monde peut s’en faire un ou plusieurs sans forcément être mal vu. La pratique du tatouage n’est d’ailleurs pas nouvelle ; le marquage du corps fait partie de la culture ancestrale de nombreux peuples partout dans le monde et au 20ème siècle, la pratique était même devenue très courante chez les hommes des milieux populaires, surtout ceux qui partaient en colonies. Aujourd’hui, le tatouage concerne tous les milieux et tous les âges. Chez les ados, outre l’effet de mode qui les influence énormément, le souhait d’avoir un tatouage sur le corps peut aussi cacher un désir de se l’approprier, de le différencier, de le marquer. Le souhait est encore plus ardent dans le cas d’un ado qui veut une émancipation vis-à-vis de ses parents. Se faire tatouer est aussi la révélation d’un désir de s’affirmer, surtout à une période de la vie de l’ado où le sentiment identitaire domine. Comme les enfants ont peur en allant se coucher de ne pas retrouver ses parents le lendemain, un ado a peur de ne pas se retrouver lui-même mais inconsciemment. A l’adolescence, le corps change énormément, mais aussi la personnalité. Le jeune aura ainsi l’impression de ne pas se retrouver dans tout cela. Le tatouage pourrait le rassurer et représenter un repère pour lui. Par ailleurs, un tatouage peut aussi être un moyen d’expression pour un adolescent. Cela représente un peu sa devise, son message à faire passer au cours d’un âge où s’exprimer par le verbe n’est pas toujours évident.

 

Comme répondre à sa demande ?

Un adolescent n’a pas le droit de se faire tatouer sans l’accord de ses parents. Seulement, face à une telle demande, ces derniers ne savent souvent pas comment réagir. Cette demande est pourtant l’occasion d’interagir ouvertement avec l’ado et de mieux cerner ses envies, ses peurs, etc. En effet, ce type d’occasion ne se présente pas souvent à cet âge où discuter, surtout avec un adulte, n’est pas son activité préférée. Il est à éviter de tout de suite le répondre par un oui ou par un non catégorique. Il faut d’abord chercher à comprendre ses raisons, ses intentions concernant le tatouage (motif, endroit du corps à tatouer, taille du tatouage, significations, etc.). Cet échange lui permettra de mieux réfléchir à son désir pour que cela ne soit pas juste limité à une pulsion ou à un désir de suivre la mode pour ensuite facilement regretter dans quelques temps. Il est important de lui faire comprendre que pour un tatouage, il ne faut jamais se précipiter, cela doit être un acte réfléchi.

 

À partir de quel âge peut-on envisager un tatouage pour un adolescent ?

À partir de quel âge peut-on envisager un tatouage pour un adolescent ?

À partir de quel âge peut-on envisager un tatouage pour un adolescent ?

Un tatouage ne devrait pas se faire avant les 15 ans de l’adolescent. C’est à cet âge que l’enfant est en droit d’avoir une liberté corporelle et obtient sa majorité sexuelle. Avant cet âge, les parents possèdent l’entière responsabilité du corps de leur progéniture que ce soit au sens de sa santé ou de sa moralité. A partir de 15 ans et avant les 18 printemps de l’ado, l’accord des parents est toutefois toujours obligatoire dans la majorité des établissements de tatouage. Les parents y ont donc leurs mots à dire ; ils peuvent très bien refuser la demande mais que ce refus soit accompagné d’une explication claire pour que l’ado puisse mieux réfléchir à ses motivations.

 


Quels sont les risques ?

Quel que soit l’âge de se faire un tatouage, les risques d’infection sont les mêmes si les tatoueurs ne respectent pas les règles d’hygiène requises, notamment en utilisant des aiguilles et du matériel stérilisé, à usage unique. D’ailleurs, avant de passer à l’acte, vérifier le sérieux et la notoriété de l’établissement doit être un passage obligé afin d’éviter les mauvaises surprises. Outre le risque physique (infection et allergie) qui peut arriver à tout le monde et non uniquement aux adolescents qui se font tatouer, il y a le risque psychique. Ce dernier concerne surtout les adolescents dont la personnalité n’est pas totalement affirmée. Certains ados peuvent alors devenir accros aux tatouages et en veulent toujours plus comme d’autres peuvent se faire tatouer pour ressembler à une célébrité ou pour suivre la mode et regretter quelques temps après, etc. les risques sont nombreux. Le trouble peut aller plus loin dans la mesure où cela peut traduire un désir de changer de peau. Se faire tatouer peut être le signe d’un mal-être, d’un rejet de son propre corps. Les parents doivent en parler avec l’ado en lui proposant de choisir une autre option plus saine pour transformer son corps comme le sport ou les vêtements.

 

Est-il possible d’effacer un tatouage ?

Effacer un tatouage est aujourd’hui possible mais c’est plus douloureux et plus difficile que de se faire tatouer. En plus, le détatouage comme on appelle ce geste est très onéreux. Cela devrait aussi être un argument pour responsabiliser l’adolescent sur son acte en plus des photos de tatouages qui vieillissent mal. Le souci avec le tatouage c’est que les conséquences ne sont pas immédiates. Pour éviter d’en arriver à ce stade de devoir effacer un tatouage, les parents peuvent toujours conseiller aux ados de préférer un tatouage provisoire qui tient seulement quelques mois.

 

Conclusion

En clair, lorsqu’un ado émet le désir de se faire tatouer, la réponse ne doit pas être immédiate. Il faut d’abord faire en sorte de bien en discuter et de le faire réfléchir à deux fois sur son souhait et ses conséquences.

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire