Ce qu’il faut savoir avant de se faire tatouer

Le tatouage n’est plus qu’une simple tendance à l’heure actuelle. Le phénomène s’est en effet accru et est devenu de plus en plus populaire si quelques temps auparavant, seules les célébrités osaient franchir le pas. Se faire tatouer n’est pourtant pas sans risques et nécessite tout de même mûre réflexion avant de se lancer d’autant plus que l’opération est irréversible.


Quelles sont les contre-indications ?

Quelles sont les contre-indications ?

Quelles sont les contre-indications ?

L’on ne peut se faire tatouer qu’une fois la majorité atteinte. Les mineurs qui désirent se faire tatouer nécessitent une autorisation parentale faute de quoi le tatoueur peut être puni pour « coups et blessures » par le Code pénal art. 22-7 à 222-16-3. Aussi, avant de se faire tatouer, la peau est obligatoirement inspectée. Si elle contient des lésions dermatologiques, le tatouage est contre-indiqué. Pour ce faire, un avis médical est nécessaire. Cela permettra aussi de détecter les contre-indications suivantes : hémophilie, allergies aux métaux (nickel, cobalt et chrome), souffle au cœur, maladies de la peau, grossesse ou même présence de grain de beauté sur la partie à tatouer.

Quelles sont les réglementations ?

Le tatouage est évidemment une pratique réglementée. Il existe un décret qui renforce les conditions d’hygiène et de salubrité qu’il faut absolument respecter durant la pratique du tatouage. Il s’agit du décret n° 2008-149 du 19 février 2008, J.O. du 20 qui règlement également la pratique du piercing. Cette réglementation stipule la nécessité de porter des gants, l’asepsie du salon de tatouage et du matériel entre chaque patient, les instruments de stérilisation et tout le matériel à usage unique. Cependant, tout ce qui concerne les encres et les colorants pour le tatouage n’est pas stipulé dans le décret. Leur provenance et leur composition sont ainsi inconnues, ce qui peut être très dangereux.

Qu’en est-il de la fiabilité des tatoueurs ?

Les tatoueurs ne suivent aucune formation et n’ont donc aucun diplôme. Tout le monde peut s’improviser tatoueur, d’autant plus que les prix ne sont pas fixés. Ils varient selon le tatoueur, la taille du tatouage, le motif, les couleurs, … Heureusement qu’il existe des tatoueurs de renom, jugés professionnels et déjà reconnus dans ce domaine. Ce sont, en théorie, ceux qui sont membre du Snat ou Syndicat national des artistes tatoueurs. Ces derniers respectent les techniques d’asepsie et la charte d’hygiène et sont déclarés auprès d’agences régionales de santé.


Quelles sont les règles d’hygiène ?

Durant l’opération, des règles d’hygiène s’imposent. Tout d’abord, la zone à tatouer doit être rasée et désinfectée à l’aide d’un antiseptique. Ensuite, elle est obligatoirement protégée par de la vaseline pour que l’écoulement de sang et d’exsudat soit moindre. L’encre non absorbé ainsi que le sang sont épongés avec du coton imbibé de désinfectant. Une fois le motif dessiné, la zone tatouée est désinfectée et nettoyée. On y rajoute une couche de vaseline avant d’effectuer le pansement pour isoler la plaie. Le tatoueur est ensuite tenu de renseigner le patient sur les précautions d’hygiène à prendre après la séance de tatouage.

Est-ce que cela fait mal ?

Se faire tatouer n’est pas sans douleurs. Cependant, elles varient selon la zone du corps à tatouer et le type d’aiguilles utilisées. Cela peut aussi dépendre du patient et de son aptitude à supporter la douleur. Les parties les plus douloureuses sont celles à proximité d’os et l’intérieur du bras. Il est à noter que les tatoueurs n’ont pas le droit d’utiliser d’anesthésie.

Comment prendre soin de son tatouage ?

Un tatouage s’entretient. Le tatoueur doit conseiller son patient là-dessus une fois la séance terminée. Il est primordial de garder la plaie bien propre jusqu’à sa cicatrisation, avant quoi la zone est particulièrement fragile. Les expositions au soleil sont interdites, et ceux, même après cicatrisation pour garder le tatouage intact. Sinon, l’application d’écran total est conseillé, et ce, à vie, dès que la zone tatouée est amené à être exposé au grand jour.

Que faire en cas de complications ?

Même si les risques de complications sont rares, il est impératif, dès la moindre irritation, infection ou autres problèmes, de consulter un médecin, voire même un dermatologue.

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire